Flux RSS

LOCUST, projet de l'US Navy pour lancer des essaims de drones à partir de sous-marins robotisés

La robotique autonome progresse rapidement dans les applications militaires. Ce terme désigne des armes robotiques qui n'ont besoin d'un opérateur (télé-opérateur) humain que dans les phases initiales de lancement. Ensuite elles trouvent seules leurs objectifs et décident seules de l'attaque...

L'US Navy a décidé d'entreprendre un programme dit "LOCUST" (Low-cost-swarming-technology) visant à lancer des essaims de mini-drones armés(1) à partir d'un sous-marin autonome. Une fois lancé, l'essaim se comporte comme un essaim d'abeilles, c'est-à-dire globalement comme un cerveau collectif capable de prendre seul des décisions, mais composé d'abeilles qui, à leur échelle, adaptent seules leurs comportements.
Intérêt de LOCUST : avec ces essaims il s'agit de submerger de manière autonome un adversaire, offrant alors un avantage tactique décisif. Même des centaines de petits drones autonomes coûtent moins cher qu'un seul avion tactique.
Pour le Pentagone, cet essaim de mini-drones ouvre la voie à la conception d’un nouveau type d’armement «prometteur». En effet, les applications sont nombreuses : tromper et saturer les défenses aériennes adverses, brouiller (ou relayer) les communications, surveiller une zone en particulier, collecter du renseignement ou bien encore, avec des charges explosives, attaquer une unité ennemie.

De précédents essais

Des documents communiqués par le Pentagone révèlent que l'US Navy a décidé de mettre en œuvre des essaims de drones portés à proximité de leur objectif par un sous-marin robotique.
Cette technologie avait déjà été expérimentée à partir de bases terrestres(2)[voir aussi "Sources" en bas de page] mais de telles bases peuvent facilement être détruites.



Voir la vidéo : LOw-Cost Uav Swarming Technology (2015)
 

Un sous-marin furtif robotisé comme lanceur...

Ce ne sera pas le cas avec l'utilisation en tant que lanceur d'un sous-marin robotique qui, du fait de sa petite taille, sera difficile à repérer. Le dispositif pourra être utilisé facilement dans le cadre de l'Otan contre des objectifs russes terrestres ou des navires.

Le sous marin Echo Voyager de Boeing
Exemple de sous-marin furtif autonome : l'Echo Voyager de Boeing

Les drones seront des Coyotes réalisés par Raytheon. Ils sont lancés à partir d'un tube du type lance-torpilles. Une fois lancés, au nombre d'une trentaine, ils déplient leurs ailes, leurs queues et leurs propulseur.
Ils pèsent 6 kilos et peuvent voler 2 heures à 100 km/h en utilisant une batterie, Ils peuvent emporter différents types de têtes explosives en fonction de la mission. Ils sont relativement peu coûteux, un essaim ayant le prix de revient d'un missile. L'opérateur humain contrôle l'essaim jusqu'au moment où chaque drone est rendu autonome. Certains peuvent porter des brouilleurs de radar.

Les sous-marins robotisés qui sont une partie essentielle du programme LOCUST seront de taille suffisante pour accomplir seuls des parcours de plusieurs dizaines de miles et emporter des charges importantes. Ainsi le sous-marin furtif Echo Voyager de Boeing aura 16 m de long et pourra emporter une charge de plusieurs centaines de drones.
Le lancement sera possible sans que le sous-marin soit obligé de faire surface.


 
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

Informations légales | Données personnelles