Flux RSS
Éric Chartier, comédien chevronné, trace son chemin depuis quarante ans de façon très originale. Sa spécialité : la récitation dramatique de grands textes du patrimoine littéraire français. Son Graal : "restituer la secrète respiration de l’écriture". Mais c’est aussi un chercheur, passionné par la pédagogie et l’innovation technologique, soucieux de favoriser l’accès des jeunes générations aux grands textes, convaincu que les techniques de réalité virtuelle, utilisées à bon escient, peuvent régénérer l’enseignement de la littérature.

Une récitation qui tient du stand up, de la possession, de l'incantation et de la transe

Eric Chartier en scèneSeul en scène, debout dans le noir, sans le moindre artifice, ancien ou moderne - ni décor, ni écran, Eric Chartier vous cueille et vous embarque : A la recherche du temps perdu, Manon Lescaut, Madame Bovary, Les Mémoires de Saint Simon, Les Confessions de Rousseau… Ces textes, qui ne sont pas les plus faciles du répertoire, c’est peu dire qu’il les dépoussière. Il les révèle, il les réveille. Le jeune public adore. Cette récitation dramatique, qui tient du stand up, de la possession, de l’incantation, de la transe, suscite chez tous ceux qui y ont assisté, comme par contagion, un flot d’images et d’émotion, une hypnose féconde. Et un désir : celui de (re)plonger sur le champ dans la source : le livre.

"Mon Graal, c’est la secrète respiration du texte littéraire"

Affiche Madame Bovary, avec Eric ChartierLe corps (visage, voix, bras, standing, etc.) y joue le premier rôle, tout comme le respect minutieux du texte. Éric Chartier se réclame de l’art antique de l’aède et du rhapsode. C’est pourquoi sans doute les jeunes gens y sont aussi sensibles. Ses spectacles, portés par le seul canal de sa langue et de son souffle, de sa sensibilité et de sa prestance ébouriffée, ne sont pas des «lectures» mais des oratorios pleins de flamme, de nuances et de malice, des hymnes à la puissance du verbe, du style, du souffle créateur. "Mon Graal, c’est la secrète respiration du texte littéraire". Aussi on s’étonne qu’il salue le public avec ce souhait, confié avec la même fougue : "je veux utiliser les outils modernes de l’Intelligence artificielle pour transmettre à un large public, jeune en particulier, cet amour du texte".

Un chercheur convaincu que son art a tout à gagner avec le numérique

Car ce comédien est aussi un chercheur, convaincu que son art a tout à gagner avec le numérique. A condition que celui-ci se mette à son service, tout comme le passeur se met au service du texte. Son goût pour les outils innovants remonte aux années 70. S’interrogeant sur le lien entre écriture littéraire et expression orale, il étudie, pendant les décennies 80 et 90, la possibilité d’une «pédagogie numérique». Via les K7 audio et VHS, Play Stations, puis via les techniques de réalité virtuelle et d’Intelligence artificielle.

Un projet de e-learning qui  prend forme

Son intuition a été soutenue et nourrie par de grands esprits, ainsi que par le monde académique. L’Américain Paul Auster dès 1981, les penseurs Roger Shattuck, Mircea Eliade, Régis Debray, le romancier Julien Gracq, s’intéressent à ses créations. Il obtient également l’appui de l’université de Chicago en 1983, plus tard de Nantes, de la Sorbonne. Mais son projet, trop pionnier, est freiné par des résistances, et par l’immaturité des outils.

Marie-Christine JenéC’est au Salon de la Réalité virtuelle en 2016, puis au Salon Educatec que le projet de e-learning prend forme. Éric Chartier rencontre la société de e-learning Itanova, dirigée par Marie-Christine Jené, où oeuvre une équipe de chercheurs en neurosciences. Il lui confie son rêve. Ensemble, ils décident d’intégrer au logiciel Easy-prof les 25 représentations enregistrées d’Éric Chartier (soit quelque 30 heures). Cet ajout, capté sous forme de réalité virtuelle, devrait "se prêter de manière souple à un traitement pédagogique, selon les potentialités de l’intelligence artificielle".
Baptisé «Rhapsod.IA», ce module éducatif va bien plus loin qu’un archivage de contenus en mode hypertexte, si précieux soient-ils. Au-delà d’une simple transmission, ou mise à disposition, il s’agit de "recréer les conditions optimales de la lecture", via une approche pédagogique interactive et personnalisée, fructueuse à la fois pour les élèves et pour les professeurs : "Nous voulons mettre au point un levier propre à éliminer les difficultés que les enseignants rencontrent de manière de plus en plus aiguë face à de jeunes générations qui ne font plus confiance aux méthodes traditionnelles".

Pour l’heure, le projet, fondé à la fois sur l’utilisation des spectacles d’Éric Chartier et sur plusieurs technologies de pointe (vidéo, intelligence artificielle, analyse statistique de données), est au stade expérimental.  La promesse : faire la part belle aux sens, à la créativité, aux élèves et aux enseignants.

(NB : cet article fait partie d'un ensemble : voir le sommaire du dossier).
 
Jeanne Suhamy
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
  • messagerie
  • impression

A Lire aussi

Informations légales | Données personnelles